lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Dylan GARAIN
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Romain LAGARDE
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Dylan NAHI
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO
  • Nicolas TOURNAT

Programme



  • Accueil | 
  • Actualités | 
  • #Préparation EHF EURO 2018 - Les Bleus fêtent la nouvelle année

#Préparation EHF EURO 2018 - Les Bleus fêtent la nouvelle année

En ouverture de la 2e étape de la Golden League 2017-2018 à Rouen, l’équipe de France s’est imposée face à la Norvège par 32-27 (15-10) avec notamment un Vincent Gérard magistral (25 arrêts à 48 %). Avant le lancement de l’EHF EURO 2018 en Croatie (12 au 28 janvier), les Bleus ont encore deux rendez-vous ce week-end à Paris : ce samedi à 19h15 face à l’Égypte (en direct sur beIN SPORTS 3 et sur W9) et dimanche à 17h00 face au Danemark (beIN SPORTS 3 et sur W9).

L'AVANT MATCH : Ce premier rendez-vous de l'année 2018 offre une affiche exceptionnelle : un France - Norvège qui garantit un combat de tout premier ordre. Cette 6e opposition en moins de 12 mois (2 lors du Mondial 2017, 2 en qualification pour l'EHF EURO 2018 et 1 plus récente en Golden League fin octobre) permettra aux deux formations de lancer l'année 2018 et de se jauger avant de savoureuses retrouvailles, mais ô combien plus importantes, le vendredi 12 janvier à Porec en Croatie, en ouverture de l'EHF EURO 2018. La Norvège avance de solides arguments : 4e de l'EHF EURO 2016 puis finaliste du Mondial à Paris en janvier 2017, elle se rêve en taulière. Mais les patrons de la planète handball, les fameux Experts, n'ont pas l'intention de laisser la jeune garde scandinave prendre confiance une fois encore après sa victoire à Aarhus fin octobre, lors de la 1e étape de la Golden League. Car s'il s'agit d'un match amical, le public rouennais doit s'attendre à une réaction d'orgueil pour reprendre l'ascendant avant le rendez-vous de Porec. À 32 ans, Raphaël Caucheteux, l'ailier gauche de Saint Raphaël Var HB, étrennera sa première sélection. Pour Romain Lagarde (3) et Nicolas Tournat (5), il s'agira de leur première sortie en France sous le maillot étoilé.

COMPTE-RENDU : Vincent Gérard, Raphaël Caucheteux, Nikola Karabatic, Kentin Mahé (+ Adrien Dipanda), Nicolas Tournat, Dika Mem et Valentin Porte débutent cette première levée de l'année. Julien Meyer et Michaël Guigou sont préservés lors de ce match d'ouverture de la 2e étape de la Golden League.

Raphaël Caucheteux sans trembler
Raphaël Caucheteux inscrit son premier but avec l'équipe de France : après une faute sur Nicolas Tournat, il a réussit le premier jet de 7m de la soirée. C'est encore lui qui réalise une passe décisive pour Valentin Porte : 2-0 après 2 minutes. Après le premier arrêt de Vincent Gérard, un joli mouvement est conclu par valentin Porte. Les Bleus réalisent un sacré début de match : Dika Mem inscrit le 4e but face à une Norvège privé de son meneur de jeu : Sander Sagosen est souffrant et assiste au match depuis les tribunes. Vincent Gérard stoppe un jet de 7m. La Norvège inscrit son premier but après 5 minutes, par l'intermédiaire de Espen-Lie Hansen. Le capitaine Bjarte Myrhol double la mise : 4-2 (6e). La filière sur la droite fonctionne parfaitement bien : Valentin Porte score pour la 2e fois (5-2). Kristian Bjornsen marque sur jet de 7m. Nicolas Tournat dispute son premier match, après 5 sélections, sur le territoire  Français. Espen-Lie Hansen est le premier joueur sanctionné de la partie. Nikola Karabatic marque aussitôt alors que Nicolas Claire a effectué son entrée (6-3, 9e). Kentin Mahé inscrit le 7e but tricolore sous les yeux de son papa, Pascal, l'ancien capitaine de l'équipe de France sacrée championne du monde en 1995. Kristian Bjornsen et Magnus Jondal marquent tour à tour mais l'équipe de France conserve 4 buts d'avance avec les 2e buts de  Nikola Karabatic et de Raphaël Caucheteux (sur jet de 7m). Kristian Bjornsen frappe encore depuis son aile gauche : 9 à 6 pour les Bleus. Pour une faute sur Dika Mem, Christian O'Sullivan est invité à rejoindre le banc pour 2 minutes. Christian Berge est aussi averti (carton jaune) par les arbitres lituaniens, Mazeikas Vaidas et Gatelius Mindaugas. Dika Mem redonne 4 buts d'avance à son équipe (10-6, 15e) : il bat pour la 2e fois Torbjorn Bergerud.

Les gardiens prennent le dessus
Le capitaine des Bleus, Cédric Sorhaindo, a pris place au sein de la défense : il se mue de l'autre côté pour marquer aussitôt son premier but. Magnus Jondal et Nikola Karabatic ont aussi frappé : 12-8 pour les champions du monde. La Norvège effectue une partie de son retard avec Kristian Bjornsen puis Harald Reinkind. Vincent Gérard tient la baraque avec 2 arrêts d'affilée alors que l'attaque tricolore toussote depuis 4 minutes. Torbjorn Bergerud et Vincent Gérard sont en réussite avec 7 arrêts chacun réalisés en 23 minutes. Cette fois, c'est Nedim Remili qui obtient un jet de 7m : Raphaël Caucheteux plante son troisième penalty (100 %). 13-10 pour l'équipe de France. Yanis Lenne est entré sur le flanc droit. Alors que Timothey N'Guessan ne réussit pas à attraper la cage, Christian Berge pose le premier temps-mort de la soirée (26e). Timothey N'Guessan réussit à prendre de vitesse la défense scandinave : il obtient un jet de 7m évidemment transformé par l'inévitable Raphaël Caucheteux qui croque à pleines dents son premier match international (14-10, 28e). Et de onze (!) arrêts pour Vincent Gérard qui réalise une première période de très haute volée. Il s'offre même un 12e arrêt sur Magnus Jondal. "Vincent - Vincent" scande le public de la Kindaréna après un 13e arrêt puis un 14e... Raphaël Caucheteux perd son duel face à Bergerud (10 arrêts) et le score à la mi-temps est de 15 à 10 pour l'équipe de France.

Le récital Vincent Gérard
Le gardien de Montpellier débute la seconde période. Luc Abalo est aussi aligné ainsi que Nicolas Claire apparu quelques secondes en 1e période. Bjarte Myrhol et Raphaël Caucheteux (sur jet de 7m) marquent tout à tour puis Nicolas Tournat est récompensé de ses efforts par un premier but : 17-11 et 18-11 avec aussi le premier but d'Adrien Dipanda. À ce moment de la partie, Vincent Gérard affiche un pourcentage ahurissant de 61 % (17 sur 28). Kristian Bjornsen enfile les buts (son 7e) alors que Nicolas Tournat a frappé victorieusement une 2e fois (19-15, 37e). Bjarte Myrhol ramène son équipe à -3 mais la défense tricolore s'empare du ballon pour lancer Nedim Remili (20-16, 39e). Vincent Gérard réalise une partie de taille mondiale, cette fois sur Christian O'Sullivan, avec un 19e arrêt en tout juste 40 minutes. Avec Luc Abalo, les Bleus conservent 4 buts d'avance (21-17). Kentin Mahé (2 fois), Cédric Sorhaindo et Luc Abalo donnent des largesses au score : 25-19 après 46 minutes.

Ascendant psychologique
Le capitaine norvégien, Bjorn Myrhol (7 buts ce soir à 88 %) maintient son équipe dans la partie (25-20, 47e) mais les Bleus sont solides et précis avec un Luc Abalo à la conclusion d'un bon mouvement (26-21, 51e). Décidément, Vincent Gérard pourrait jouer toute la nuit : il est insatiable avec 24 arrêts dans sa Kindaréna. Raphaël Caucheteux plante un 6e jet de 7m, le Raphaëlois livre une copie parfaite dans cet exercice. Nicolas Tournat soigne aussi ses stats avec un 3e but (sur 4 tentatives). Bien sûr la Norvège était privée de Sander Sagosen mais à huit jours du premier choc de l'EHF EURO 2018, les Bleus ont pris un ascendant psychologique qui pourrait s'avérer précieux. On pense notamment à Vincent Gérard qui devrait troubler le sommeil des Scandinaves. Et à Nikola Karabatic revenu en fin de match pour marquer son 4e but (sur 5 tentatives) Après Adrien Dipanda, Esper Lie Hansen est exclu (carton rouge). Le jet de 7m de Raphaël Caucheteux est cette fois stoppé par Christiensen. Les Bleus ont la main sur le match : Yanis Lenne inscrit le 31e but tricolore (31-23, 57e). Bjorn Myrhol marque son 9e but et la Norvège ne baisse pas les bras pour revenir à 32-27. Didier Dinart pose un 2e temps-mort, à 48 secondes du terme de cette partie : le score n'évoluera plus. Les Bleus vous souhaitent une bonne année.

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart : Raphaël Caucheteux est un très beau tireur de sept mètres, il le fait très bien en LNH, je ne vois pas pourquoi il ne le ferait pas au niveau international. C’est très bien ce qu’il a fait aujourd’hui. L’équipe de France donne sa chance à tout le monde. Il n’est pas pour rien le meilleur buteur de la LNH, il n’y avait pas forcément la place auparavant derrière des monuments comme Daniel Narcisse. Et ce n’est pas parce qu’il a 32 ans, qu’il n’est plus sélectionnable désormais. Il n’est jamais trop tard pour progresser. La preuve, ce soir, il a fait ce que l’on attendait de lui… Nicolas Tournat a énormément progressé défensivement. Il peut vite devenir une pièce maîtrise de notre système… Adrien Dipanda est un joueur précieux, notre couteau suisse, et j’aime beaucoup son état d’esprit. Il est toujours disponible et prédisposé à nous rendre service… Lorsque j’ai vu que la Norvège n’avait pas aligné son équipe type, en laissant de côté ses deux titulaires droitiers de la base arrière, le résultat est dans la logique de ce que l’on pouvait attendre de l’équipe de France. Nous avons montré un beau visage et développé un jeu fluide ce soir. C’était important de pouvoir dérouler son jeu quand même, cela aurait été alarmant autrement. Il valait mieux gagner, mais le premier match de l’Euro sera différent et déterminant. J’ai aimé ce soir le sérieux et l’application de l’équipe. Ce sont des rendez-vous importants pour faire émerger un peu plus des cadres comme Valentin Porte, Kentin Mahé et même Nicolas Claire par exemple.

Adrien Dipanda : Nous étions chez nous et en plus nous avions à cœur de montrer un autre visage que lors de notre dernière sortie en novembre. La meilleure manière de se rassurer est de jouer le coup à fond et de faire ce que l’on sait faire simplement. Le show viendra après. C’est assez inhabituel pour moi de jouer défenseur central en sélection, mais je l’ai déjà tenu en club et je sais comment l’aborder psychologiquement et physiquement. Aujourd’hui il y avait quelques blessés, il n’y aura aucun souci si on me demande de répondre présent. Ce n’est pas évident de parler aujourd’hui sur un plan personnel. Le but est d’aller chercher une médaille à la fin du mois. Que ce soit 100% en attaque ou exclusivement en défense, cela m’ira à partir du moment que l’on trouve la solution la plus efficace. On parlera de la liste la semaine prochaine. Actuellement chacun essaie de donner le meilleur de soi-même et d’apporter ses qualités à l’équipe de France. Les coachs décideront en temps et en heure.

Nicolas Tournat : Je pense que nous avons été efficaces sur ce que l’on avait travaillé cette semaine, même s’il y a encore beaucoup de choses à revoir autant défensivement qu’offensivement. Nous avons été plus sérieux globalement. C’est quand même compliqué alors que l’on va retrouver cette équipe sur le premier match de l’Euro. Nous n’avions pas intérêt forcément à tout dévoiler. Il fallait être plus sérieux qu’à l’occasion de la précédente étape de la Golden League. On recherche surtout des affinités, il y a plein de nouveaux joueurs dans cette équipe. À commencer par moi bien sûr, j’essaie de prendre mes repères. Nous sommes sur la bonne voie. Je suis content d’avoir inscrit mes premiers buts en sélection. J’ai pu jouer avec tout le monde. Il y a encore des placements et des timings que je dois améliorer. J’ai besoin de me familiariser avec tous mes partenaires pour m’intégrer de plus en plus. Nous travaillons sans relâche, car nous n’avons pas beaucoup de temps pour préparer une grosse compétition avec énormément d’enjeux.

Raphaël Caucheteux : J’ai 32 ans et cela faisait longtemps que je n’avais pas joué un match avec la boule au ventre comme l’on dit. En même temps, c’est toujours mieux que d’être trop décontracté. J’avais envie de bien faire forcément lors de cette inédite sélection. Cela fait deux semaines que je suis dans le groupe, je m’y sens vraiment à l’aise aux côtés de garçons croisés régulièrement en championnat jusque là. Il faut que cela continue. Ce n’est que du bonus. Je ne pensais plus du tout à l’équipe de France il y a un mois. Cela me tombe dessus, je savoure et je profite de chaque instant. Peut-être que cela ne va durer qu’une semaine encore, je vais faire en sorte que ce soit plus. Ce n’est que du bonheur après dix ans d’attente. Je sais qu’avec Didier, il faut se préparer à toutes les situations. Il a l’habitude de réserver quelques surprises dans ses compositions de départ. J’ai su avant le match que j’étais titulaire, j’ai récité ma routine quotidienne. Cela s’est bien passé. C’est vrai que le fait d’inscrire le premier jet de sept mètres m’a mis en confiance. Il y a quand même deux tirs ratés, je vais retenir aussi ceux-là. Je me souviens des paroles de Patrice Canayer au centre de formation de Montpellier : « quand tu es jeune, tu dois avoir les dents qui traînent. » Je dois être encore jeune dans ma tête.

STATISTIQUES :
FRANCE – NORVÈGE : 32-27 (15-10)
Arbitres : MM. Mazeika et Gatelis (LIT)
FRANCE :
Gardiens :
Gérard (tout le match, 25/51 arrêts)
Joueurs de champs : Lenne (1/1), Remili (1/5), Mem (2/4), N. Karabatic (5/6), Mahé (3/7), N’Guessan (1/5), Abalo (3/4), Sorhaindo (2/2), Claire (1/2), Dipanda (1/2), Porte (3/6), Tournat (3/5), Caucheteux (6/8 dont 6/7). Exclusions temporaires : Caucheteux (7e), Porte (47e et 58e), Dipanda (53e)

NORVÈGE :

Gardiens : Bergerud (tout le match, 17/48 arrêts), Christensen (1/2 dont 1/2)
Joueurs de champ : Hykkerud, Myrhol (9/11), Tonnesen (4/9 dont 1/1), Jondal (2/2), Bjornsen (9/12 dont 1/2), Gullerud (0/1), Sorheim (0/2), O’Sullivan (1/7), Reinkind (1/4), Abelvik Rod (0/3), Lie Hansen (1/4). Exclusions temporaires : Lie Hansen (8e, 52e et 55e), O’Sullivan (14e). Carton rouge : Lie Hansen (55e)

RÉSULTATS ET PROGRAMME DE LA 2E ÉTAPE :
2e étape en France
Jeudi 4 janvier 2018 à Rouen - Kindaréna :

France - Norvège : 32-27 (15-10)
Danemark - Égypte : 37-21 (18-12)
Samedi 6 janvier 2018 à Paris - AccorHotels Aréna :

à 16h45 : Danemark - Norvège
à 19h15 : France - Égypte
Dimanche 7 janvier 2018 à Paris - AccorHotels Aréna :

à 14h30 : Norvège - Égypte
à 17h00 : France - Danemark

BILLETTERIE

LES 20 JOUEURS POUR LA GOLDEN LEAGUE : Gardiens : Cyril DUMOULIN (HBC Nantes) - Vincent GÉRARD (Montpellier HB) - Julien MEYER (Chambéry Savoie HB) / Ailiers gauches : Raphaël CAUCHETEUX (St-Raphaël Var HB) - Michaël GUIGOU (Montpellier HB) - Kentin MAHÉ (SG Flensburg-Handewitt) - Dylan NAHI (Paris SG HB) / Arrière gauche : Timothey N'GUESSAN (FC Barcelone) / Demi-centres : Nicolas CLAIRE (HBC Nantes) - Nikola KARABATIC (Paris SG HB) - Romain LAGARDE (HBC Nantes) / Pivots : Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (FC Barcelone) - Nicolas TOURNAT (HBC Nantes) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Dika MEM (FC Barcelone) - Nedim REMILI (Paris SG HB) / Ailiers droits : Luc ABALO (PARIS SG HB) - Yanis LENNE (FC Barcelone) - Valentin PORTE (Montpellier HB)

LE STAFF : Entraîneur : Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Sébastien GAUTIER, Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Responsable administrative et logistique : Emmanuelle MOUSSET / Relation médias : Hubert GUÉRIAU / Chef de délégation et vice-président délégué de la FFHandball : Jacques BETTENFELD.