lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Guillaume JOLI
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Kévynn NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO

Programme



#Euro 2018 - Les Bleus auront une revanche à prendre.

Battus ce soir à Oslo par la Norvège, 30-35 (11-12), les Bleus auront une revanche à prendre samedi à Clermont-Ferrand (à 18h, en direct sur beIN SPORTS 3). Et des points à grappiller dans la course à la qualification pour l’Euro 2018. Un duel prometteur car les deux formations sont désormais au coude à coude dans le groupe 7 avec aussi la Lituanie qui compte bien jouer son rôle d’outsider pour prendre l'un des 2 tickets en juin prochain à l'issue du 3e et ultime tour de qualification.

L'AVANT MATCH : Champions du monde pour la 6e fois, il y a moins de 100 jours, les Bleus n’effectuent pas une tournée de gala. À Oslo puis à Clermont-Ferrand, ce double rendez-vous avec la Norvège est on ne peut plus officiel. D’abord parce qu’il y a des points à prendre en vue de la qualification à l’Euro 2018 en Croatie, ensuite parce que l’adversaire n’est autre que la Norvège, battue en finale du Mondial 2017 le 29 janvier dernier. Enfin parce qu’il n’y a rien de plus formateur que des matches à enjeu pour intensifier le renouvellement des cadres, fussent-ils irremplaçables. Si Julien Meyer et Melvyn Richardson (ils ne seront pas alignés ce soir) ont été invités à se fondre dans la meilleure équipe du monde au moment où le capitaine Thierry Omeyer et Daniel Narcisse savoureront chaque ballon comme s’il s’agissait du dernier, c’est un stage d’observation qui leur est promis. Ce soir à Oslo, dans le Spektrum habituellement dévolu aux stars féminines, Nikola Karabatic et sa bande ont deux points à prendre et, au lendemain d’un week-end intense en Ligue des Champions, un maillot floqué de 6 étoiles à faire briller pour la première fois.

LE COMPTE-RENDU :
Vincent Gérard, Kentin Mahé, Luka Karabatic (+ Daniel Narcisse), Nikola Karabatic, Ludovic Fabregas, Nedim Rmili et Valentin Porte débutent cette 2e journée de qualifications à l'Euro 2018. Le coup d'envoi est donné par la Norvège : Magnus Joendal est le premier buteur de la partie. Dans une salle pleine à craquer (plus de 6400 spectateurs), quelques supporters français donnent de la voix. La star locale, Sander Sagosen, inscrit le 2e but. Après 2 tentatives infructueuses, les Bleus marquent par l'intermédiaire de Nikola Karabatic. Puis Kentin Mahé marque sur jet de 7m (2-2, 4e). Le gardien Torbjoern Bergerud a déjà stoppé 3 tentatives des champions du monde qui débutent timidement ce match : Bjarte Myrhol et Kristian Bjornsen ajustent Vincent Gérard : 4-2 après 7 minutes. Encore une balle perdue et c'est Magnus Joendal qui marque sur contre-attaque. Nedim Remili voit son tir arrêté par Torbjoern Bergerud. Les Bleus souffrent en ce début de partie : après l'exclusion de Ludovic Fabregas, ils vont jouer en infériorité numérique. Vincent Gérard réalise son premier arrêt : il stoppe le jet de 7m de Kristian Bjornsen. Mathieu Grebille est entré pour créer le surnombre mais c'est la Norvège qui continue à scorer avec Magnus Joendal. Cette fois, c'est un Norvégien qui rejoint le banc pour 2 minutes : Kent Tonnesen. Menés 6 à 2, les Bleus sont toujours distancés après le 6e arrêt de Bergerud, sur le jet de 7m de Kentin Mahé. L'ailier gauche marque ensuite pour ramener son équipe à -3. C'est encore lui qui marque sur contre-attaque après une défense bien plus mobile : 4-6. à La 15e minute, la Norvège a repris 3 buts d'avance grâce à Kristian Bjornsen. Le capitaine Thierry Omeyer a pris place dans les cages.

Thierry Omeyer sonne la révolte
Valentin Porte est sanctionné à son tour tandis que Goeran Johannessen a marqué. Nikola Karabatic inscrit son 2e but de la soirée, d'un joli chabala. Avec le jet de 7m réussi par Nedim Remili, les Bleus reviennent à -2 (6-8, 20e) après le premier arrêt de Thierry Omeyer. Cédric Sorhaindo et Luc Abalo sont entrés au moment où Sander Sagosen transforme un jet de 7m. Nedim Remili l'imite aussitôt dans le même exercice : la Norvège mène 9-7 après 21 minutes. Des "Titi - Titi" descendent des travées du Spektrum pour le 3e arrêt du capitaine. Sander Sagosen ajoute un 3e but à son compteur (75 %). C'est le moment choisi par Didier Dinart et Guillaume Gille pour poser le premier temps mort du match. Moins de 100 jours après la finale du Mondial 2017, les deux équipes retrouvent le parfum des matches à enjeu. Battus par la Lituanie en novembre dernier, les Norvégiens ont besoin de points dans ces qualifications à l'Euro. Le 4e arrêt de Thierry Omeyer conjugué au premier but de Luc Abalo ramènent les Bleus à -1 (9-10). C'est encore le futur retraité qui surgit devant Sagosen pour gagner le un-contre-un : Timothey N'Guessan égalise à 5 minutes de la fin du 1e acte (10-10). Sander Sagosen redonne aussitôt l'avantage sur jet de 7m : avec 4 unités, le futur parisien est le meilleur buteur de la 1e période. Encore un superbe numéro de ce diable de Sagosen qui s'infiltre plein centre : 12-10 pour les Scandinaves. Thierry Omeyer sort victorieux de son un-contre-un sur Bjarte Myrhol. À 10 secondes du terme, Kentin Mahé conclut un bel enclenchement. Les Norvégiens marquent aussitôt mais Christina Berge avait posé un temps-mort ! Il reste 9 secondes et Sander Sagosen voit son tir stoppé par un excellent Thierry Omeyer. Ouf, ce score est plutôt flatteur alors que la Norvège a dominé les débats.

Les Bleus passent devant dès la reprise
Bien servi par Daniel Narcisse, Timothey N'Guessan égalise dès la reprise. Thierry Omeyer repart sur le même tempo avec 2 arrêts d'entrée ! Faute sur Dnaiel Nariccse et Nedim Remili donne, pour la première fois de la partie, l'avantage à l'équipe de France (13-12, 33e). Kent Robin Jacobsen égalise mais Timothey N'Guessan a la main chaude : il marque son 3 but (100 %). Les deux équipes se rendent coup pour coup : Valentin Porte réplique à Sander Sagosen. Le demi-centre norvégien marque ensuite sur jet de 7m, son 7e but de la soirée. Timothey N'Guessan est contré mais il se bagarre bien pour pousser la défense scandinave à la faute : et nouveau jet de 7m transformé par Nedim Remili sur Espen Christensen (16-15, 37e). Le Barcelonnais voit sa tentative échouer sur Bergerud (10 arrêts). Goeran Johanssen et Bjarte Myrhol marquent tour à tour. Luc Abalo, dans un angle impossible et depuis l'aile gauche, trouve la faille. Mais après 40 minutes, la Norvège reprend le commandement par Sander Sagosen encore efficace sur jet de 7m (17-18, 40e). Daniel Narcisse et Timothey N'Guessan répondent à Christian O'Sullivan et à Kristian Bjornsen. Kentin Mahé a buté sur Bergerud et la Norvège compte 2 buts d'avance (21-19) après le 3e but de Myrhol. L'intensité est maximale depuis la reprise : Sander Sagosen score pour la 9e fois après le 2e but de Daniel Narcisse qui dispute lui aussi l'une de ses toutes dernières joutes sous le maillot de l'équipe de France. 5e but de Kentin Mahé mais Tonnesen marque 2 fois consécutivement : 24-22 pour les locaux.

Un rythme effréné
Kristian Bjornsen plante une nouvelle banderille. Heureusement Daniel Narcisse et Ludovic Fabregas répliquent. Christian O'Sullivan, qui avait été brillant en finale du Mondial 2017, inscrit le 26e but de sa formation. Bien servi par Nikola Karabatic, Ludovic Fabregas bute sur Torbjoern Bergerud. Cette fois la Norvège a repris le large par Kristian Bjornsen (27-24). Faute sur Daniel Narcisse sanctionnée de 2 minutes d'exclusion pour Magnus Gullerud. Ludovic Fabregas marque dans la foulée son 2 but (50 %). Le 8e arrêt de Thierry Omeyer stoppe l'hémorragie mais son homologue Torbjoern Bergerud réalise une très grande partie : il signe son 14e arrêt sur Luc Abalo. À la fin d'une longue séquence de possession, les Norvégiens obtiennent un jet de 7m marqué évidemment par Sander Sagosen : 28-25 (53e). Luc Abalo subit une faute et Nedim Remili se charge de la sentence à 7m : 26-28. Kent Robin marque ses 4e et 5e buts (83 %) alors que Daniel Narcisse est aussi en réussite (4/5) mais voilà, la Norvège compte 3 buts d'avance (30-27) à 6 minutes du terme. Les coaches tricolores ont posé leur 2e temps mort. C'est encore le Réunionnais, Air France, qui trouve la faille à 9m. Avec deux buts de retard à 5 minutes du terme, le coup est encore jouable mais Magnus Joendal, depuis l'aile gauche, redonne un +3. Le Spektrum est en feu ! Cette fois c'est Nikola Karabatic qui bute sur Torbjoern Bergerud. Sander Sagosen marque pour la 11e fois, c'est le grand bonhomme de la soirée : 32-28 pour les vice-champions du monde. Luc Abalo redonne l'espoir alors qu'il reste moins de trois minutes à jouer. Et 12e but pour Sagosen sur jet de 7m ! Cette fois, l'issue de la partie ne fait plus de doute : les Norvégiens vont prendre leur revanche, dans un contexte certes bien différent d'une finale mondiale, mais tout de même, c'est une jolie passe d'armes. Nedim Remili est encore impeccable sur jet de 7m mais qui va encore marquer de l'autre côté ? Sagosen évidemment pour son 13e but (34-30, 59e). Bjarte Myrhol est le dernier buteur de la rencontre : la Norvège s'impose 35 à 30. La revanche dans trois jours à Clermont-Ferrand s'annonce brûlante.

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart : Ce soir nous avons concédé 35 buts, c’est clairement que nous avons manqué d’engagement au niveau défensif ; c’est ce qui a fait la différence. La Norvège avait à cœur de prendre sa revanche après la finale mondiale perdue à Paris. On a manqué de solutions ce soir. On va revoir tout cela au calme et débriefer car il faudra à tout prix gagner à Clermont-Ferrand.

Guillaume Gille : Nous sommes déçus et frustrés car le niveau affiché n'était pas suffisant pour battre cette Norvège ce soir dans cette belle salle. Nous avons été sanctionnés dans le jeu rapide. Même si nous avons marqué de façon régulière en 2e période, nous avons encaissé trop de buts rapides. Nous avons besoin de faire l'analyse pour proposer un jeu plus efficace et gagner samedi, car avec le résultat de ce soir, la course à la qualification est relancée.

Kentin Mahé : Sur ces 60 minutes, la Norvège a été plus ambitieuse. Elle pousse bien tous les ballons : son plan de jeu a fonctionné. On n’a pas su prendre l’ascendant au moment où il le fallait, dans les 10 dernières minutes. Nous étions prévenus que la Norvège possédait de très bons joueurs. Ce n’est pas anodin si cette équipe avait atteint la finale à Paris.

Thierry Omeyer : Nous étions concentrés sur ce match car nous savions que ce serait difficile face à une équipe de qualité. Ils sont mieux rentrés dans le match. On s’est bien battus pour revenir et c’est dommage de ne pas avoir pris plus d’avance qu’un seul but. Cette équipe a pris des risques mais a bien monté les ballons. Il y a eu des périodes intéressantes mais dans trois jours il faudra faire mieux et corriger nos erreurs. Il faudra les contrer sur leur jeu rapide, l’une de leur force.

Cédric Sorhaindo : Nous sommes conscients de ne pas avoir su trouver les solutions. Nous savons là où nous avons fauté et on apprend de nos erreurs. La Ligue des Champions n'est pas une excuse. Nous avons voulu tout mettre ce soir mais la Norvège était meilleure que nous. Nous ne voulons pas terminer cette semaine sur une défaite.

STATISTIQUES :
Spektrum à Oslo : Norvège - France : 35-30 (12-11) - 6646 spectateurs - Arbitres : Slave Nikolov et Gjorgji Nachevski (Mac)

France - Gardiens de but :
Gérard (15', 1 arrêt) et Omeyer (45', 13 arrêts - cap)
- Joueurs de champ : Rémili (7/12 dt 6/6) - O. Nyokas - Narcisse (5/7) - Gérard - N. Karabatic (2/5) - Mahé (5/8 dt 1/2) - Grebille (0/1) - Omeyer - N'Guessan (4/5) - Accambray - Abalo (4/5) - Sorhaindo - L. Karabatic (0/1) - Fabregas (2/4) - Dipanda - Porte (1/1) - Exclusions temporaires :  Remili - Fabregas - Porte - Entraîneur : Didier Dinart

Norvège - Gardiens de but : Christiensen - Bergerud (60', 22 arrêts) - Joueurs de champ : Sagosen (13/17 dt 6/6) - Hyrrekud - Myrhol (4/5) - Tonnesen (5/6) - Christiensen - Joendal (4/5) - Jakobsen - Bjornsen (5/8) - Lindboe - Gullerud - O'Sullivan (2/5) - Tangen (0/1) - Johannessen (2/2) - Reinkind - Bergerud - Hansen - Exclusions temporaires :  Tonnesen - Gullerud - Entraîneur : Christian Berge

PROGRAMME :
Groupe 7 : France - Norvège - Lituanie et Belgique - tous les groupes

1e phase de qualification :
02 novembre : à Bodo - Norvège - Belgique : 35-26 (20-14)
03 novembre : à Pau -
France - Lituanie : 37-20 (21-7)
06 novembre : à Liège - Belgique - France : 37-38 (19-17) // À Vilnius - Lituanie - Norvège : 32-29 (15-16)

2e phase :
03 mai :
à Oslo - Norvège - France : 35-30 (12-11) // à Louvain : Belgique - Lituanie : 29-33 (18-15)
06 mai : à Clermont-Ferrand - France - Norvège :
07 mai : à Vilnius à 18h00 - Lituanie - Belgique

3e phase :
14 juin : à Klaipeda à 19h00 : Lituanie - France et à Louvain à 20h30 : Belgique - Norvège
17 juin : à Montbéliard à 19h45 : France - Belgique et à Oslo à 19h30 : Norvège - Lituanie

CLASSEMENT :
1/ France 4 pts (3m, +13) 1/ Norvège 4 pts (3m, +10) 3/ Lituanie 4 pts (3m, -10) 4/ Belgique 0 pt (3m, -14) // 2 qualifiés par groupe pour l'Euro 2018

LES DIX-HUIT JOUEURS : Gardiens : Vincent GÉRARD (Montpellier HB) - Julien MEYER (Chambéry Savoie HB) - (Thierry OMEYER (Paris SG HB) / Ailier gauche - Demi-centre : Kentin MAHÉ (SG Flensburg-Handewitt) / Arrières gauches : William ACCAMBRAY (Paris SG HB) - Mathieu GREBILLE (Montpellier HB) - Olivier NYOKAS (HBC Nantes) - Timothey N'GUESSAN (FC Barcelone) / Demi-centres : Nikola KARABATIC (Paris SG HB) - Daniel NARCISSE (Paris SG HB) / Pivots : Ludovic FABREGAS (Montpellier HB) - Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (FC Barcelone) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Nedim REMILI (Paris SG HB) - Melvyn RICHARDSON (Chambéry Savoie HB) / Arrière droit - Ailier droit : Valentin PORTE (Montpellier HB) / Ailier droit : Luc ABALO (Paris SG HB)

LE STAFF : Entraîneur : Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Patrick KERSTEN - Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Chef de délégation : Jacky BETTENFELD / Attachée de presse : Pauline LAMBERTINI / Assistante : Emmanuelle MOUSSET