lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Dylan GARAIN
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Romain LAGARDE
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Dylan NAHI
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO
  • Nicolas TOURNAT

Programme



#Golden League - Toute en contraste

Très à son aise face à une équipe de Pologne empruntée, l’équipe de France a ensuite peiné face à la Norvège et au Danemark qui avaient rassemblé toute leurs forces pour battre les Bleus. Le staff tricolore ne s’est pas détourné de son objectif initial : « Dans notre esprit, cette Golden League est un grand terrain d’étude sachant qu’il faut parallèlement préserver des joueurs très utilisés par ailleurs. »

Impliquée mais pas totalement, efficace seulement par intermittence, étourdie par séquences, maladroite au jet de 7m, soumise à de nombreuses rotations, l’équipe de France n’a pas évolué à son meilleur niveau lors de cette 1e étape de la Golden League, la compétition de prestige sans caractère décisif. Un rendement insuffisant qui a été sanctionné par deux défaites indiscutables face à la Norvège et le Danemark, quasiment deux copies conformes dans le scénario. La ballade inaugurale face à une fragile Pologne est aussi à considérer : sans briller, les Bleus ont dominé dans les grandes largeurs l’invité de ce premier round.

Malgré cette sortie contrastée, placée au moment où les joueurs sont en quête d’un deuxième souffle, plusieurs objectifs ont été atteints. Lors de cette escapade danoise, le groupe était rassemblé pour la première fois depuis le mois de juin et le 3e tour des qualifications à l’Euro. Les champions du monde doivent désormais apprendre à vivre sans leurs deux monuments, Daniel Narcisse et Thierry Omeyer. Ce type de rassemblement est propice aux échanges, autour d’une partie de Pocha ou de duels endiablés sur les consoles de jeux vidéo.

Au Danemark, plusieurs joueurs ont été testés dans de nouvelles configurations : Dylan Nahi et Romain Lagarde ont débuté avec succès face à la Pologne avec d’autres Bleuets qui comptent un brin d’expérience supplémentaire : les Mondialistes Dika Mem et Yanis Lenne ainsi que Julien Meyer en apprentissage dans les bois. Les multiples associations ont généré du bon et du moins bon sachant que la défense a connu quelques trous d’air et que ce sont les multiples pertes de balle qui ont privé les Bleus d’une meilleure efficacité. En somme, rien de surprenant dès lors où tous les joueurs ont été sollicités avec le souci de les préserver en répartissant les temps de jeu, au détriment d’un sept majeur rodé. « Après les départs de Thierry Omeyer et de Daniel Narcisse, l’équipe est en reconstruction. Il y a moins de cadres qu’auparavant. Il faut nous remettre au travail et trouver une certaine régularité, estime Cédric Sorhaindo qui a enfilé le costume de capitaine capable en coulisse de faire passer les messages avec conviction. Chacun doit comprendre son rôle pour s’exprimer de la meilleure des façons. Nous savons maintenant quels sacrifices nous devons faire pour être compétitifs. »

« Sur terre avant l’Euro. »
Nikola Karabatic a pesé de toute sa classe lors des deux défaites pour maintenir à flot son équipe : le demi-centre a officié sur la base arrière gauche pour pallier le leadership actuel sur cette position. Élu meilleur homme du match face à la Norvège et au Danemark, son investissement a été total et prometteur en vue d’Euro 2018 qui lui tiendra particulièrement à cœur car organisé en Croatie. « On aurait voulu gagner car nous en avons le potentiel. Nous avons commis trop d’erreurs et cela nous montre qu’il y a du boulot. Si nous ne sommes pas tous à notre meilleur niveau, on peut perdre contre la Norvège et le Danemark qui sont de très bonnes équipes. Peut-être que notre bonne prestation sur la Pologne nous a trompés et que nous avons cru que ce ferait facile derrière. Ces deux défaites nous ramènent sur terre avant l’Euro. » Le message du patron est clair : même champions du monde, il faudra remettre le bleu de chauffe dès les retrouvailles du 26 au 30 décembre à Capbreton avant le rendez-vous du mardi 2 janvier à Rouen et affronter la Norvège deux jours plus tard.

Didier Dinart et Guillaume Gille vont maintenant décortiquer les joutes danoises et se pencher sur les réglages à retrouver ou à développer. « Nous allons nous pencher minutieusement sur cette compétition avant notre rassemblement de Capbreton fin décembre, en vue de l’Euro. Sur cette 1e étape, le management n’a pas été réalisé pour gagner à tout prix car les joueurs se situent dans une période complexe et il a fallu les préserver. Mais il y a beaucoup d’enseignements à tirer car nous n’avons pas été en position de dominer nos adversaires », admet le technicien. Un approfondissement et une mobilisation nécessaire de toutes les forces vives car le Roc n’entend pas se présenter à l’Euro 2018 sans viser au moins le dernier carré. À Porec, dès le 12 janvier, les Bleus croiseront en ouverture de l’Euro les Norvégiens : on saura alors si la Golden League était une parenthèse ou un virage.

RÉSULTATS DE LA 1E ÉTAPE :
- Jeudi 26 octobre à Brøndby - Brøndby Hallen :
France - Pologne : 29-15 (14-8)
Danemark - Norvège : 24-19 (12-9)
- Samedi 28 octobre à Aarhus - Ceres Arena :
Danemark - Pologne : 26-25 (11-8)
Norvège - France : 30-26 (13-10)
- Dimanche 29 octobre à Herning - Jyske Bank Boxen :
Pologne - Norvège : 27-31 (12-17)
Danemark - France : 27-23 (15-10)

CLASSEMENT DE LA 1E ÉTAPE :
1/ Danemark 6 pts (+10) 2/ Norvège 4 pts (+3) 3/ France 2 pts (+ 6) 4/ Pologne 0 pt (-19)

CLASSEMENT DE LA GOLDEN LEAGUE (sans les résultats de l'équipe invitée)
1/ Danemark 4 pts 2/ Norvège 2 pts 3/ France 0 pt

PROGRAMME DE LA 2E ÉTAPE :
2e étape en France
Jeudi 4 janvier 2018 à Rouen - Kindaréna :

à 18h30 : France - Norvège
à 20h45 : Danemark - Égypte
Samedi 6 janvier 2018 à Paris - AccorHotels Aréna :

à 16h45 : Danemark - Norvège
à 19h15 : France - Égypte
Dimanche 7 janvier 2018 à Paris - AccorHotels Aréna :

à 14h30 : Norvège - Égypte
à 17h00 : France - Danemark

BILLETTERIE