lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Dylan GARAIN
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Romain LAGARDE
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Dylan NAHI
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO
  • Nicolas TOURNAT

Programme



  • Accueil | 
  • Actualités | 
  • Entretien du lundi - Romain Lagarde et Dylan Nahi : « ils m’ont félicité »

Entretien du lundi - Romain Lagarde et Dylan Nahi : « ils m’ont félicité »

À la sortie de la 1e étape de la Golden League, Romain Lagarde et Dylan Nahi rapportent leurs premiers souvenirs d’une semaine au sein de l’équipe championne du monde en titre. Interview croisée.

Comment as-tu appris que tu étais convoqué avec les A et qu’as tu ressenti ?
Romain Lagarde :
C’était à la sortie d’une séance d’entraînement. Mon cœur s’est emballé au moment où le capitaine du HBC Nantes est venu me montrer la sélection sur les réseaux sociaux. J’ai crû que c’était une connerie : j’étais un peu pâle puis je suis resté sans mots.
Dylan Nahi : je l’ai appris directement par Didier Dinart qui m’a appelé juste avant que j’aille à l’entraînement. J’ai été surpris car je ne m’y attendais pas. Au fur et à mesure, j’ai reconnu sa voix…

Qui est le plus fier dans ton entourage ?
Romain Lagarde :
Je suis issu d’une famille de handballeurs alors forcément ils sont tous un peu fiers. Ils sont venus me voir lors d’un match à Nantes et ils ont bu un petit coup de Champagne pour apprécier cela.
Dylan Nahi : Ma famille bien sûr et mes amis proches. Des gens qui comptent pour moi aussi. Mes premiers entraîneurs : Isabelle et Nicolas, mes coaches lorsque j’étais au Paris SC. Également Hatem, mon premier coach, lorsque je jouais au Hand et au Basket en Centre Sportif dans le XXe arrondissement de Paris.

Que t’ont dit les dirigeants et l’encadrement du club ?
Romain Lagarde :
Ils m’ont félicité et ils m’ont dit de profiter un maximum de cette expérience.
Dylan Nahi : Ils étaient contents pour moi et ils m’ont félicité.

Le fait de rejoindre un groupe où plusieurs de tes coéquipiers font déjà partie du collectif facilite t’il ton intégration ?
Romain Lagarde :
Forcément c’est plus facile pour s’intégrer au groupe. Je partageais la chambre avec Cyril Dumoulin.
Dylan Nahi : J’avais plus de facilités à demander des conseils sur les combinaisons à Nikola et à Nedim.

Quels sont les conseils ou les petits trucs qu’ils t’ont glissé à l’oreille ?
Romain Lagarde :
De ne pas me prendre la tête et de jouer comme à Nantes.
Dylan Nahi : Nikola m’a dit « fais comme d’habitude, ne change pas. »

Qu’as tu ressenti jeudi au moment où tu as été lancé sur le terrain, face à la Pologne ?
Romain Lagarde :
À la mi-temps, Didier Dinart m’a dit : « je te ferai rentrer autour de la 45e et il y aura Nicolas Tournat au pivot. S’il y a un jet de 7m, tu iras le tirer. » Pendant le match, on m’a un peu drivé, notamment sur les changements attaque-défense. Guillaume Gille, Didier Dinart, Cédric Sorhaindo et Nikola Karabatic m’ont aussi parlé pour me guider, en particulier sur les enclenchements. Forcément, même si je commence à m’habituer à jouer des gros matches avec Nantes, le ballon pesait un peu plus lourd jeudi dernier.
Dylan Nahi : Franchement je n’avais pas de stress mais j’étais impatient de jouer. J’ai mis 5 buts mais j’ai aussi raté 3 tirs.

- Quelle image retiendras-tu de cette semaine ?
Romain Lagarde :
La première Marseillaise avec les A et mon premier but avec cette équipe.
Dylan Nahi : Mon premier but et l’hymne du Danemark chanté hier par le public dans cette grande salle.

- N’est-ce pas trop intimidant de se retrouver au milieu dans une équipe aussi prestigieuse avec ses stars ?
Romain Lagarde :
Cela fait maintenant quatre ans que je joue face à la plupart contre eux. Au début, cela fait quand même bizarre mais on s’y fait vite avec les entraînements.
Dylan Nahi : Il ne faut pas avoir peur. Si les coaches ont décidé de me tester, il n’y pas de raison d’être intimidé et de perdre ses moyens.

Lors de ces années avec tes coéquipiers en équipe de France jeune, avez-vous pris le pari de vous retrouver tous ensemble chez les A ?
Romain Lagarde :
Pas précisément mais le groupe était très soudé et nous partagions beaucoup d’activités ensemble. On a vu un ou deux joueurs partir et maintenant c’est à notre tour de prouver.
Dylan Nahi : On espère tous atteindre ce niveau mais l’objectif est d’y rester.

- En quoi l’expérience acquise et les résultats obtenus dans les catégories jeunes sont-ils précieux au moment d’arriver chez les A ?
Romain Lagarde :
La formation marche bien et c’est un atout de truster les titres : qui joue au Handball pour ne pas gagner ? Je crois en revanche que cela met de la pression sur l’adversaire.
Dylan Nahi : Je ne pense pas qu’il faille raisonner ainsi. Les anciens sont toujours là et ils n’ont pas gagné leur titre seulement sur le terrain. Il y a aussi la vie de groupe, les entraînements… On doit prendre le meilleur de ce qu’ils ont fait auparavant et pourquoi pas de faire mieux si nous en avons l’occasion.

En participant à cette semaine internationale, mesures-tu mieux les progrès à accomplir pour exceller à ce niveau ?
Romain Lagarde :
Je sais ce que dois travailler pour prétendre à rester dans cette équipe. Pour être un joueur complet, je dois continuer à défendre sur le poste 2.
Dylan Nahi : Je sais encore tout le boulot que j’ai à réaliser. J’ai participé à ce rassemblement et maintenant c’est à moi de tout faire pour revenir et rester.