lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Dylan GARAIN
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Romain LAGARDE
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Dylan NAHI
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO
  • Nicolas TOURNAT

Programme



#EHF EURO 2018 - Un bronze de grande valeur

Ce dimanche soir à Zagreb, l’équipe de France a joliment conclu l’EHF EURO 2018. En s’imposant face au Danemark par 32 à 29 (17-14), les Bleus ont décroché une précieuse médaille de bronze. Championne du monde l’an passé à Paris, l’équipe de France, largement renouvelée (arrêts de carrière et blessures) a su maintenir un niveau de performance prometteur pour l’avenir.

L'AVANT MATCH : Voici l'épilogue de cet EHF EURO 2018. France - Danemark ou l'ultime match à disputer dans cette compétition organisée en Croatie. Les deux équipes auront dû faire cet effort si particulier : ravaler la déception de la demi-finale et se mobiliser pour conquérir une médaille continentale. Les Bleus n'auront aucun mal à trouver la motivation nécessaire pour renverser le Danemark : huit des dix-sept joueurs présents à Zagreb, ne sont en effet jamais montés sur un podium européen. Michaël Guigou, Nikola Karabatic et Luc Abalo, possèdent une belle collection de médailles européennes avec notamment les trois titres remportés : jamais rassasiés, ils guideront encore leurs partenaires pour remporter une médaille supplémentaire.
Le staff de l’équipe de France a procédé ce dimanche matin (avant 09h) auprès de l’EHF à un changement avant le dernier match de l’Euro en Croatie. Touché à la cheville droite (entorse), Dika Mem est remplacé par Benjamin Afgour qui sera à la disposition de Didier Dinart cet après-midi pour affronter le Danemark.

COMPTE-RENDU :
Cyril Dumoulin, Kentin Mahé, Romain Lagarde, Nikola Karabatic, Cédric Sorhaindo (c), Nedim Remili et Valentin Porte (+ Adrien Dipanda) donnent le coup d’envoi face aux Danois.

Un rythme élevé
Kentin Mahé voit son premier tir, depuis l’aile gauche, stoppé par Jannick Green. De l’autre côté, Hans Lindberg bat Cyril Dumoulin. Les Bleus enchaînent bien avec des buts de Cédric Sorhaindo et de Nedim Rémili (2-1, 3e). Au tour de Valentin Porte de marquer son premier but de la partie : 3-1 avant que Rasmus Lauge s’y reprenne à deux fois pour battre Cyril Dumoulin. Les Danois égalisent par l’intermédiaire de  Niclas Kirkelokke. Le match est parti sur un rythme très soutenu : Nedim Remili et Hans Lindberg marquent tour à tour (4-4, 5e). Huit joueurs de l’équipe de France n’ont jamais remporté de médaille européenne, parmi lesquels Romain Lagarde qui a débuté cette petite finale. Casper Mortensen donne l’avantage à sa formation mais Cédric Sorhaindo, parfaitement servi par Romain Lagarde, égalise. La star danoise, Mikkel Hansen, n’a pas débuté la partie. Casper Mortensen marque encore et Cédric Sorhaindo, dans la lignée de son bon match face à l’Espagne, enfile déjà son 3e but. Rasmus Lauge puis Hans Lindberg sont précis et le Danemark s’offre un avantage de +2 (8-6, 9e). Nedim Rémili obtient un jet de 7m et Kentin Mahé marque face à Jannick Green qui évolue du côté de Magdebourg. Luc Abalo est lancé sur le 40x20m. Cyril Dumoulin stoppe un 2e ballon et les Bleus repartent à l’attaque. Kentin Mahé obtient et tire un jet de 7m mais cette fois Jannick Green s’interpose. Les Bleus n’arrivent plus à marquer depuis 4 minutes. Valentin Porte réplique à Hans Lindberg avant que Anders Zachariassen ne redonne 2 buts d’avance à sa troupe (8-10, 15e).

Double exclusion pour Rasmus Lauge

Nikola Karabatic, en attaque placée, puis Adrien Dipanda, sur contre-attaque, remettent l’équipe de France à la hauteur des champions olympiques. Au passage, Rasmus Lauge a été exclu 2 fois minutes. Mikkel Hansen est lancé par Nikolaj Jacobsen, le coach danois. Henrik Toft Hansen  est bien servi par le maître à jouer danois : le pivot inscrit son premier but. Les Bleus récupèrent le ballon et Valentin Porte marque dans le but vide (11-11, 19e). Quelle que soit l’issue de ce math, l’équipe de France est bien en ordre de marche et semble avoir effacé les stigmates de la déconvenue en demi-finale. Nikolaj Jacobsen pose le premier temps-mort de la partie. Et 4e arrêt de Cyril Dumoulin sur Mikkel Hansen : Nikola Karabatic marque de 25m, dans le but vide : 12-11 pour les Bleus. Double tentative de Niclas Kirkelokke : arrêt de Cyril Dumoulin puis son second tir file à côté.

Les Bleus passent devant
Bonne séquence de l’équipe de France qui s’offre même 2 buts d’avance avec encore Nikola Karabatic tandis que Anders Zachariassen est sorti pour 2 minutes (13-11, 21e). Hans Lindberg réduit la marque sur jet de 7m. Balle perdue par les Bleus mais Hans Lindberg perd son duel sur Cyril Dumoulin (6 arrêts à 33 %). Les Bleus ont retrouvé leurs vertus défensives : Kentin Mahé intercepte et marque : 14-12. Mads Mensah a écopé de 2 minutes pour la faute sur un Nikola Karabatic rageur. Raphaël Caucheteux manque le jet de 7m mais le ballon est toujours dans les mains tricolores : Cédric Sorhaindo marque un 4e but pour offrir un avantage conséquent de +3, à trois minutes du terme (15-12, 27e). Valentin Porte est aussi invité à sortir 2 minutes : Cyril Dumoulin sort le jet de 7m de Hans Lindberg. Les Bleus comptent désormais 4 buts d’avance avec le premier but de la soirée de Luc Abalo (16-12, 58e). Avec un 6e but, Hans Lindberg, est le meilleur buteur du match. Nedim Remili est de retour sur le terrain. Didier Dinart pose son premier temps-mort à 1’10 du terme. Nikola Karabatic puis Hans Lindberg sont les derniers buteurs du premier acte : les Bleus sont devant (17-14, 30e).

Les Bleus creusent l’écart
Michaël Guigou, qui fête ses 36 ans aujourd’hui, débute la seconde période. Mikkel Hansen frappe à côté et Nikola Karabatic en profite pour redonner 4 buts d’avance aux siens. Au terme d’une longue séquence, Rasmus Lauge trouve la faille côté droit. Valentin Porte effectue aussi un dépassement de fonction en marquant depuis le côté gauche : 19 à 15 après 33 minutes. Si l’Aréna de Zagreb est clairsemée, les supporters de l’équipe de France se font entendre de toutes parts. Mads Mensah puis Luc Abalo maintiennent l’écart (20-16). Nedim Remili est le premier joueur exclu de la seconde période. Anders Zachariassen profite des espaces pour marquer à 6m. Nikola Karabatic est un immense champion : marqué par la défaite l’autre soir, il réalise un grand match avec déjà 6 buts (100 %). Et de huit pour Hans Lindberg (80 %) qui conclut une contre-attaque (21-18, 38e).

Show Nikola Karabatic
Et dire que ces deux équipes se retrouveront encore en Golden League début avril en Norvège puis en juin à la Guadeloupe pour deux matches de gala. Inséparables. Anders Zachariassen obtient un jet de 7m marqué par Mikkel Hansen, son premier but de la soirée. Mads Mensah est exclu pour une faute grossière sur Kentin Mahé. Nikola Karabatic plante une 7e banderille dans le but défendu par Jannick Green. Casper Mortensen profite d’une balle perdue par les champions du monde puis Kentin Mahé s’arrache pour renvoyer le Danemark à +4 (24-20, 42e). Et 2e but, le premier dans le jeu, de Mikkel Hansen ménagé en raison d’un genou droit instable. Les Bleus peinent en attaque et les Danois en profitent pour revenir à -2, cette fois grâce à Casper Mortensen. 36 ans et toutes ses jambes : balle perdue et aussitôt récupérée par Michaël Guigou. Son pote de chambrée, Luc Abalo, bonifie le ballon : 25-22 (45e) pour l’équipe de France. 2e temps-mort de la partie de Didier Dinart qui va apporter des options tactiques à ses joueurs. Cela discute ferme pendant cette minute.

Et tout au bout le bronze
En Norvège, il y a 10 ans exactement, les Bleus remportaient la médaille de bronze qui trône à côté des trois couronnes européennes. Rasmus Lauge relance son équipe qui n’avait plus marqué depuis 4 minutes. Kentin Mahé, qui réalise encore ce soir une prestation de haute volée, inscrit le 27e but tricolore (27-23, 50e) puis Nikolaj Jacobsen pose son 2e temps-mort. Il cherche les solutions pour contourner une défense tricolore qui a renfilé toutes ses armures. Luc Abalo file tout droit vers le but danois et offre un +5 aux Bleus (28-23, 51e). Michael Damgaard frappe puissamment des 9m pour tromper Cyril Dumoulin. Deux balles perdues consécutivement par les hommes de Didier Dinart : Hans Lindberg en profiter pour marquer ses 9e et 10e buts. L’écart est seulement de +2 en faveur des Bleus mais Nikola Karabatic, encore lui, trouve la lucarne de Niklas Landin. Encore Lindberg, auteur d’une performance XXL, qui score (11 sur 13). Et qui pour lui répondre à 5 minutes du terme ? Nikola Karabatic évidemment (9 sur 10). Vincent Gérard signe son entrée par un arrêt. Luc Abalo et Henrik Toft-Hansen marquent et les Bleus possèdent toujours l’avantage. Cédric Sorhaindo inscrit peut-être le but décisif dans la conquête du bronze : 32-28 à 2’10 du terme. Vincent Gérard aura réalisé 3 arrêts en cinq minutes, le temps de fermer complètement la boutique. Les Tricolores conservent la main et s’imposent finalement 32 à 29 dans cette petite finale.

Déjà vice-championne olympique 2016 (Rio) puis championne du monde 2017 (Paris), l’équipe de France figure, pour la 3e fois consécutive, sur le podium.

Pour Raphaël Caucheteux, Nicolas Claire, Romain Lagarde, Benjamin Afgour, Nicolas Tournat, Adrien Dipanda, Nedim Remili et Dika Mem (ces trois derniers sont champions du monde en titre), il s’agit de leur premier podium européen.

STATISTIQUES :
FRANCE - DANEMARK : 32-29 (17-14)
Arbitres : MM. Din et Dinu (ROU)

FRANCE
Gardiens 
: Dumoulin (52 minutes, 8/35 arrêts dont 1/3), Gérard (5 minutes, 3/5 arrêts) - Joueurs de champs : Remili (2/2), Lagarde (0/2), N. Karabatic (9/11), Mahé (5/7 dont 1/2), Abalo (5/7), Sorhaindo (5/7), Guigou (1/2), Dipanda (1/1), Porte (4/5), Tournat (0/1), Caucheteux (0/1 dont 0/1). Exclusions temporaires : Porte (27e), Remili (34e)

DANEMARK
Gardiens :
Green Krejberg (38 minutes, 11/35 arrêts dont 2/3), N. Landin (11 minutes, 2/7 arrêts) - Joueurs de champ : Kirkelokke (1/4), M. Landin, Mortensen (4/5), Lauge Schmidt (4/8), Zachariassen (2/2), Lindberg (12/14 dont 1/2), Mollgaard, Mensah (1/4), H. Toft Hansen (2/2), Hansen (2/7 dont 1/1), Olsen, Damgaard (1/3). Exclusions temporaires : Lauge Schmidt (16e et 18e), Zachariassen (21e), Mensah (26e et 40e)

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart : Nous avons simplement cherché à positiver depuis cette fameuse défaite en demi-finale. Les gars ont su se ressaisir aussitôt, être performants autour d’une 1-5 qui a vraiment posé problème aux Danois. Et ils ont pris progressivement l’ascendant sur notre adversaire. Ce soir, sur le terrain, il y a eu énormément d’envie et de détermination. Nous avons pu voir un capitaine qui a joué une heure. Cédric avait promis qu’il allait tenir. C’est exceptionnel ce qu’il a produit aujourd’hui. Nous avons vu également un Karabatic resplendissant. Je suis heureux de voir Nikola à ce niveau. Je pense que tout le monde a été irréprochable dans son comportement sur cet Euro. Du coup l’équipe de France a pu évoluer à son meilleur niveau du moment. Il faut se satisfaire de cette médaille. Six joueurs sur la feuille de match n’avaient jamais participé à une demi-finale. C’est une question d’expérience. On se retrouve au final avec sept victoires en huit rencontres. Nous avons moins perdu que le champion d’Europe. La formule est certes un peu bizarre. C’était la même pour tout le monde. Si la salle était à moitié vide aujourd’hui c’est aussi grâce à nous. L’équipe de France a su éliminer le pays hôte.

Nikola Karabatic : Nous sommes allés chercher cette médaille pour nous, notre public. Il y a un vrai état d’esprit dans cette équipe. Nous prenons beaucoup de plaisir à évoluer ensemble. Cela aurait compliqué aujourd’hui s’il n’y avait pas tout ça qui nous habitait. Nous avons puisé ensemble au fond de nous pour donner encore une heure et prendre cette médaille, alors que nous étions forcément impacté physiquement et mentalement. C’est un pur plaisir d’évoluer avec cette équipe et ces gars. Chaque compétition apporte à chacun de l’expérience et de la maturité. Malgré les départs et les blessés, la France reste compétitive et constante dans ces performances. Cela fait quand même trois médailles et autant de métaux différents en l’espace de 18 mois. Ce n’est quand même pas rien pour une sélection présumée en renouvellement. Aucune autre nation ne l’a fait. Cela donne de la confiance et des certitudes pour la suite. Tout en restant vigilant, car nous ne sommes pas à l’abri d’un jour sans comme on l’a vu sur cet Euro.

Valentin Porte : Evidemment qu’elle fait plaisir cette médaille de bronze. Je ne vous cache que même deux heures avant le match, c’était dur d’aller chercher la motivation. Je n’avais encore jamais connu un match pour la place 3-4. C’est vraiment compliqué à vivre. Donc oui, au final, nous sommes très heureux pour plusieurs choses, parce que l’on a relevé la tête, que l’on a battu le Danemark et que c’est une première médaille pour près de la moitié des gars de l’équipe. Maintenant, à titre personnel, j’ai malgré tout un sentiment d’amertume qui prédomine, une cicatrice qui restera. Je suis persuadé qu’il y avait beaucoup mieux à faire. Cela va rester et je vais encore le ruminer longtemps. Je n’ai franchement envie de regarder la finale en tout cas. Cela me fout un peu les boules. Ce qu’il faut retenir c’est que l’on a relevé la tête. Et on ne va pas cracher sur une médaille de bronze, qui plus est dans un championnat d’Europe, une épreuve toujours plus compliquée pour nous.

Adrien Dipanda : Nous finissons sur un match à mon avis à l’image de notre compétition. On s’est trompé et raté en demi-finale contre l’Espagne. Cela peut arriver. J’ai aimé la réaction que l’on a eue. On s’est expliqué hier et on s’est remis en question. Nous avons pris le temps de digérer cette défaite et surtout relever la tête le plus rapidement possible. Ce soir, lorsque l’on voit des mecs comme Abalo, Guigou, Karabatic ou Sorhaindo, qui jouent pendant une heure et finissent épuisés juste pour ramener une médaille de bronze. Je trouve cela magnifique. A l’image du handball français. On comprend pourquoi ils ont tout gagné durant des années. Et puis il y avait des gens qui n’avaient rien gagné et nous avions envie d’aller la chercher pour eux aussi. On voulait se respecter. Nous avons bien travaillé et battu quasiment tout le monde depuis le début de la compétition. On ne voulait pas repartir sur un goût d’inachevé. Nous avions plus d’envie que les Danois et cela s’est vérifié. On avait faim de repartir avec un trophée et un souvenir qui restera à jamais.

FINAL FOUR À ZAGREB
Demi-finales

- Vendredi 26 janvier : France - Espagne : 23-27 (9-15)
- Vendredi 26 janvier : Danemark - Suède : 34-35 (28-28) (12-14)
Finales sur beIN SPORTS 2 et sur W9
- Dimanche 28 janvier - places 3 & 4 : France - Danemark : 32-29 (17-14)
- Dimanche 28 janvier - finale : Espagne - Suède : 29-23 (12-14)
Les résultats complets : urlz.fr/6nPa

LES JOUEURS RETENUS POUR L'EURO : Gardiens : Cyril DUMOULIN (HBC Nantes) - Vincent GÉRARD (Montpellier HB) / Ailiers gauches : Raphaël CAUCHETEUX (St-Raphaël Var HB) - Michaël GUIGOU (Montpellier HB) - Kentin MAHÉ (SG Flensburg-Handewitt) / Demi-centres : Nicolas CLAIRE (HBC Nantes) - Romain LAGARDE (HBC Nantes) - Nikola KARABATIC (Paris SG HB) / Pivots : Benjamin AFGOUR (Montpellier HB) - Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (FC Barcelone) - Nicolas TOURNAT (HBC Nantes) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Dika MEM (FC Barcelone) - Nedim REMILI (Paris SG HB) / Ailiers droits : Luc ABALO (PARIS SG HB) - Valentin PORTE (Montpellier HB).
JOUEUR SUPPLÉMENTAIRE : Arrière droit : Dika MEM (FC Barcelone)

LE STAFF : Entraîneur : Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Sébastien GAUTIER, Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Responsable administrative et logistique : Emmanuelle MOUSSET / Relation médias : Hubert GUÉRIAU / Chef de délégation et vice-président délégué de la FFHandball : Jacques BETTENFELD / Directeur Technique National : Philippe BANA