lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Dylan GARAIN
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Romain LAGARDE
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Dylan NAHI
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO
  • Nicolas TOURNAT

Programme



#EHF EURO 2018 - Se remobiliser pour le bronze

L'équipe de France a subi une défaite ce soir à Zagreb, en demi-finale de l'EHF EURO 2018. Distancés de 6 buts à la mi-temps (9-15), les Bleus ont réagi mais ont finalement été battus par l'Espagne 23 à 27. Les Bleus devront se remobiliser pour conquérir la médaille bronze dimanche (18h) face au Danemark. À suivre en direct sur beIN SPORTS 2 et sur W9.

L'AVANT MATCH : Si de la fraternité et même de l'amitié unissent les deux formations, les France - Espagne sont une denrée rare. Voici trois ans que les deux voisins n'ont plus croisé le fer. Au Qatar, déjà en demi-finales, les Bleus n'avaient pas tremblé au moment de porter l'estocade pour filer en finale. Un an plus tôt, à Herning, encore en demi-finale, les Espagnols n'avaient pas résisté à la bourrasque tricolore et à un Valentin Porte de gala. Ce soir, dans une aréna qui sera peu garnie, il y aura encore un billet à composter pour une finale Un rendez-vous continental déjà fréquenté victorieusement à trois reprises par les Bleus : en 2006 (Suisse), en 2010 (Autriche) et en 2014 (Danemark).

COMPTE-RENDU :
Vincent Gérard, Michaël Guigou, Nikola Karabatic, Cédric Sorhaindo (c), Kentin Mahé, Dika Mem et Valentin Porte (+ Adrien Dipanda) font face aux Espagnols qui donnent le coup d'envoi.

Une Espagne joueuse
La défense tricolore repousse les assauts espagnols, notamment Edouardo Gurbindo. Capitaine Cyril Sorhaindo inscrit son 401e but pour l'équipe de France. Le Toulousain Ferran Sole égalise (1-1, 4e). Dika Mem pénètre dans la défense espagnole : il marque et déclenche l'exclusion de Viran Morros de Argila. Au tour de Valentin Porte de sortir 2 minutes : l'ailier droit a mis le pied sur le ballon. Julen Aguinagalde trompe Vincent Gérard (2-2, 5e). Luc Abalo est lancé dans cette demi-finale . Kentin Mahé réplique à Raul Entrerrios. L'Espagne reprend les commandes de la partie avec un jet de 7m marqué par l'ailier Ferran Sole. Valero Rivera puis Edouardo Gurbindo offrent le premier écart significatif de la partie (3-6, 11e). Cédric Sorhaindo et Nikola Karabatic ramènent les Bleus à -1 (5-6 ; 12e). Raul Entrerrios puis Cédric Sorhaindo maintiennent l’écart entre les deux formations. Le Nantais Edouardo Gurbindo obtient un jet de 7m marqué par le Toulousain Ferran Sole.

Sans énergie
Le Barcelonais Cédric Sorhaindo, surnommé Tchouf réalise un début de match énorme avec déjà un 4e but à 100 %. Le capitaine de l’équipe de France montre la voie. Vincent Gérard réalise un premier arrêt puis Kentin Mahé, sur l’action suivante, marque sur jet de 7m (8-8, 18e). Edouardo Gurbindo redonne l’avantage aux hommes de Jordi Ribera. Nedim Remili a effectué son entrée sur le 40x20m. Les Bleus ont l’occasion d’égaliser mais Kentin Mahé manque le jet de 7m face à Arpad Sterbik. Avec le premier but de Daniel Sarmiento, l’Espagne reprend 2 buts d’avance alors que le portier parisien, Rodrigo Corrales, réalise un 3e arrêt. Les Ibères ont la balle pour s’offrir un +3 : Jordi Ribera appelle ses joueurs pour la première fois. Le tir d’Edouardo Gurbindo est contré par la défense tricolore. Luka Karabatic effectue son entrée dans cette demi-finale. Et 2e jet de 7m manqué par les Bleus : Michaël Guigou manque son lobe sur Arpad Sterbik à 100 % sur l’exercice. De l’autre côté, Ferran Sole se joue une 3e fois, sur jet de 7m, de Vincent Gérard. 11 à 8 pour les Espagnols plus précis que les champions du monde en titre. Vincent Gérard gagne son face-à-face devant Iosu Gono Leoz. Daniel Sarmiento permet à l’Espagne de mener de +4) trois minutes de la mi-temps. David Balaguer commet une faute sur Nikola Karabatic : il sort pour 2 minutes. Nouveau jet de 7m pour les Bleus : Raphaël Caucheteux trompe le gardien arrivé en remplacement de Gonzalo Perez de Vargas blessé au genou (9-12, 28e). La défense tricolore a un mal fou à contrecarrer les plans adverses : Joan Canellas trouve l’ouverture (9-13, 29e). Adrian Figueras et Ferran Sole face à Cyril Dumoulin (encore sur jet de 7m) porte l’écart à +6 juste avant le retour aux vestiaires (9-15). Compliqué, très compliqué de voir à cet instant l’équipe de France inverser le cours du match.

Toujours aussi compliqué.
Nikola Karabatic marque dès la première offensive. Il n’y a plus le choix : il faut lâcher les chevaux. Aie, Adrien Dipanda est exclu et Ferran Sole inscrit un cinquième jet de 7m. Les Bleus jouent sans gardien. Il faut un grand Nikola Karabatic, qui se joue de la défense ibérique, pour revenir à -5 (11-16, 32e). Et une balle récupérée par les Bleus pourtant en infériorité. Malheureusement les Blues bafouillent leur Handball et Raul Entrerrios marque dans le but vide. Cyril Sorhaindo sonne la charge : 12-17 (34e). Raul Entrerrios frappe encore, de 9m, puis Luc Abalo manque la cible. Valentin Porte conclut un joli mouvement et l’Espagne compte encore 5 buts d’avance. Cyril Dumoulin sort son premier ballon de la partie. Aitor Arino se faufile pour marquer de près : 19-13 pour l’Espagne qui a encore récupéré la balle. Daniel Sarmiento inscrit le 20e but pour sa formation qui compte désormais 7 buts d’avance, un gouffre à combler d’autant que les Bleus ont encore perdu un ballon précieux. Nouveau jet de 7m marqué puis Ferran Sole. Avec huit buts d’avance (21-13), la tâche parait presque impossible. Roman Lagarde inscrit son premier but dans cette demi-finale avant que Raul Entrerrios ne marque pour la 5e fois (14-22, 43e). Valentin Porte provoque un jet de 7m, manqué cette fois par Raphaël Caucheteux. Et de +9 pour l’Espagne grâce à Alex Dujshebaev (14-23, 45e).

Le 6-0 de l'espoir
Romain Lagarde entretient un espoir infime 23-15 pour l’Espagne exactement du coup de sifflet final. Cyril Dumoulin réalise un 2e arrêt et c’est Romain Lagarde, encore, qui s’en va battre Rodrigo Corrales (7 sur 22). Bonne série des Tricolores qui marquent par Adrien Dipanda et Luc Abalo. Un retour à -5 qui ouvre le champ des possibles. Jordi Ribera appelle ses joueurs pour la 2e fois. Et si cette demi-finale était en train de basculer ? Les supporters français ne cessent de soutenir leurs favoris : et voici une balle de -4 validée par Valentin Porte. Les Bleus ont refait une partie de leur retard : 23-19 pour l’Espagne à 10 minutes du terme. Timide en début de compétition Romain Lagarde joue désormais sans complexes. Une nouvelle balle perdue et Valentin Porte puis Michaël Guigou ramènent les Bleus à -3 (20-23, 51e). On y croit à nouveau. Romain Lagarde est exclu pour 2 minutes. Ferran Sole voit son jet de 7m stoppé par Cyril Dumoulin. Luc Abalo ne parvient pas à marquer face à son coéquipier du Paris SG, Rodrigo Corrales. Kentin Mahé est revenu en position de demi-centre et Nikola Karabatic évolue à nouveau en position d’arrière gauche. Les Bleus butent encore sur Rodrigo Corrales. Rien n’est perdu : la pression a subitement changé de camp. Joan Canellas, tout en force, obtient un jet de 7m... manqué par Valero Rivera qui expédie le ballon sur le poteau gauche de Cyril Dumoulin. Il reste moins de cinq minutes et les occasions de revenir seront rares : Nikola Karabatic voit son tir arrêté par Rodrigo Corrales. Et nouvel arrêt de Cyril Dumoulin : Luc Abalo obtient un jet de 7m marqué par Kentin Mahé. Les Bleus reviennent à -3, à quatre minutes du terme (21-24). Deux arrêts consécutifs de Cyril Dumoulin (6 sur 16) mais la balle revient encore et encore dans les mains espagnoles.

L'Espagne tient bon
Raul Entrerrios redonne un avantage de +4 à son équipe : il reste exactement 2m28s. Valentin Porte marque de 9m : son 3e but de la soirée (75 %). Il reste à peine 2 minutes et les Bleus sont revenus à -3. Nikola Karabatic ne reviendra pas sur le terrain. Cyril Dumoulin stoppe encore un jet de 7m mais l’Espagne finit par s’imposer 27 à 23 avec David Balaguer à la conclusion. L’Espagne tient sa finale et l’équipe de France tentera dimanche (à 18h) de décrocher la médaille de bronze, face à la Suède ou au Danemark.


STATISTIQUES :
FRANCE - ESPAGNE : 23-27 (9-15)
Arbitres : MM. Nachevski et Nikolov (MAC)

ESPAGNE
Gardiens :
Sterbik (2 minutes, 3/5 aux jets de 7m), Corrales (56 minutes, 10/31 arrêts)
Joueurs de champ : Gurbindo (2/4), Rivera (1/2 dont 0/1), Entrerrios (6/8), Dujshebaev (1/3), Sarmiento (3/5 dont 0/1), Aguinagalde (2/4), Canellas (2/4), Morros de Argila, Arino (1/1), Guardiola, Goni Leoz (0/1), Sole (7/9 dont 6/7), Balaguer (1/2), Figueras (1/1). Exclusions temporaires : Morros de Argila (4e), Balaguer (27e), Dujshebaev (30e), Sarmiento (56e)

FRANCE
Gardiens :
Gérard (28 minutes, 3/17 arrêts), Dumoulin (27 minutes, 7/20 arrêts dont 2/6)
Joueurs de champ : Remili (0/2), Lagarde (3/4), Mem (1/2), N. Karabatic (3/8), Mahé (3/6 dont 2/3), Abalo (1/4), Sorhaindo (6/6), Guigou (1/2 dont 0/1), L. Karabatic, Claire, Dipanda (1/1), Porte (3/4), Tournat, Caucheteux (1/2 dont 1/2). Exclusions temporaires : Porte (4e), Dipanda (31e), Lagarde (51e), N. Karabatic (59e).

DÉCLARATIONS :
Didier Dinart : C’est regrettable ce qu’il s’est passé aujourd’hui, mais cela ne doit pas remettre en cause ce que nous avons fait sur la quinzaine. Certes le bilan est lourd. Ne pas accéder à une finale, c’est quand même douloureux pour tout le monde. Maintenant, il faut déjà essayer de se ressourcer et débriefer. Une médaille de bronze permettrait au moins d’altérer ce contretemps d’aujourd’hui. L’Espagne a été plus forte que nous défensivement, elle nous a poussé à la faute. Nous avons eu trop d’immanquables pour espérer gagner une demi-finale. Peut-être avons nous pêché par excès de confiance en arrivant invaincus à ce stade de la compétition. Il faut vite se remobiliser. Il n’y a pas à se plaindre, rougir ou contester. L’erreur est chez nous. Tâchons de ne pas reproduire les mêmes erreurs afin de finir sur une bonne note. N’oublions que l’équipe de France est en plein renouvellement, même si nous la trouvions resplendissante jusque là. On ne va pas tout remettre en cause aujourd’hui.

Adrien Dipanda : Ils ont joué avec leurs armes, ils sont rapides et réussissent à faire vivre le ballon longtemps. Le problème est que lorsque l’on vous laisse attaquer pendant une minute, une minute trente, vous finissez par trouver des brèches. Je ne pense pas que ce soit un problème défensif de notre part. Au lieu de nous attaquer en première intention, ils ont fait tourner le ballon jusqu’à trouver la solution. On ne prend que 27 buts finalement. C’est correct sur un match international. Malheureusement, ils n’ont pas perdu beaucoup de ballons. Nous n’avons pas eu beaucoup d’occasion de leur mettre des buts faciles. Et du coup, on s’est plutôt cassé les dents sur leur défense et des gardiens performants. On voulait forcément faire mieux encore. Nous avions fait un parcours parfait. Mais un championnat d’Europe n’autorise aucune baisse de régime. Surtout si près de la ligne d’arrivée.

Nikola Karabatic : Bien sûr que nous sommes très déçus. C’est dur de réagir à chaud. Nous avions tout en main pour prolonger encore le plaisir. L’Espagne a joué avec beaucoup d’expérience et de métier, en trouvant des solutions parfois tirées par les cheveux. On s’est épuisé à défendre très longtemps. Cette dépense d’énergie et ce faux rythme nous ont totalement privés de notre jeu rapide. La déception est grande. Il reste cependant un match et une médaille à aller chercher.

Cyril Dumoulin : D’une manière générale on fait une très bonne partie de seconde mi-temps, presque ce qu’il faut pour revenir au contact. Mais on ne peut pas se permettre de laisser autant d’écart face à une telle équipe. A ce stade de la compétition, il faut faire un match plein. Il y a énormément de frustration. Nous nous sommes battus. Nous n’avons pas lâché. C’est peut-être le seul point positif de la soirée qu’il faut retenir. Cela pourrait servir encore pour dimanche. Mais je ne m’explique pas cette première mi-temps. Je ne sais pas si c’est un manque d’engagement, en tout cas les Espagnols ont très bien joué le coup. Nous avons tardé à s’adapter, se sortir de leur faux rythme et les bousculer tout simplement.


FINAL FOUR À ZAGREB
Demi-finales

- Vendredi 26 janvier : France - Espagne : 23-27 (9-15)
- Vendredi 26 janvier : Danemark - Suède : 34-35 (28-28) (12-14)
Finales sur beIN SPORTS 2 et sur W9
- Dimanche 28 janvier à 18h00 - places 3 & 4 : France - Danemark
- Dimanche 28 janvier à 20h30 - finale : Espagne - Suède
Les résultats complets : urlz.fr/6nPa

LES JOUEURS RETENUS POUR L'EURO : Gardiens : Cyril DUMOULIN (HBC Nantes) - Vincent GÉRARD (Montpellier HB) / Ailiers gauches : Raphaël CAUCHETEUX (St-Raphaël Var HB) - Michaël GUIGOU (Montpellier HB) - Kentin MAHÉ (SG Flensburg-Handewitt) / Demi-centres : Nicolas CLAIRE (HBC Nantes) - Romain LAGARDE (HBC Nantes) - Nikola KARABATIC (Paris SG HB) / Pivots : Luka KARABATIC (Paris SG HB) - Cédric SORHAINDO (FC Barcelone) - Nicolas TOURNAT (HBC Nantes) / Arrières droits : Adrien DIPANDA (St-Raphaël Var HB) - Dika MEM (FC Barcelone) - Nedim REMILI (Paris SG HB) / Ailiers droits : Luc ABALO (PARIS SG HB) - Valentin PORTE (Montpellier HB).
JOUEUR SUPPLÉMENTAIRE : Pivot : Benjamin AFGOUR (Montpellier HB)

LE STAFF : Entraîneur : Didier DINART / Entraîneur-adjoint et préparateur physique : Guillaume GILLE / Responsable vidéo : Vincent GRIVEAU / Médecin : Pierre SÉBASTIEN / Kinésithérapeutes : Sébastien GAUTIER, Jean-Christophe MABIRE et Jacques MIQUEL / Responsable administrative et logistique : Emmanuelle MOUSSET / Relation médias : Hubert GUÉRIAU / Chef de délégation et vice-président délégué de la FFHandball : Jacques BETTENFELD / Directeur Technique National : Philippe BANA