lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO

Programme



Dernier round avant le D-Day

L’équipe de France dispute ce dimanche son ultime match de préparation avant son entrée en lice mercredi face au Brésil, en ouverture de son Mondial. À J-3, les Bleus ont à nouveau rendez-vous avec la Slovénie cet après-midi à l’aréna de Montpellier à 17h, à suivre en direct sur beIN SPORTS 1.

Le nouveau covering du bus officiel de l’équipe de France a paradé entre Toulouse et Montpellier au lendemain de la première manche de préparation face à la Slovénie. Pendant les trois bonnes heures de route effectuées sous un soleil éclatant, les entraîneurs Didier Dinart et Guillaume Gille n’ont pas pris le temps de rêvasser : ils ont visionné le match de la veille - un succès étriqué : 29-27 - pour revoir ce qui a fonctionné et là où les Français ont pêché. Si le lieu de résidence des Bleus est tenu secret - pour raisons de sécurité et de tranquillité - seuls les journalistes de plus en plus nombreux à J-4 du Mondial assistent aux points presse et ont eu droit à ce debriefing. « Le premier match de préparation est toujours spécial et l’heure est aux réglages, rappelle Didier Dinart. Le contenu du match à Toulouse est mitigé mais il faut tenir compte de la belle opposition produite par la Slovénie. » Vid Kavticnik et ses partenaires n’ont en effet pas ménagé les champions du monde qui ont plutôt bien tenu le défi physique, mais sans en rajouter. « Dans l’ensemble le groupe est dans de bonnes dispositions physiques. Les joueurs ont bien géré le match et l’âpreté dans les duels, estime Guillaume Gille qui a précisé aussi que les joueurs se situent dans le creux de la vague au niveau de l’énergie et de l’explosivité car la préparation a été planifiée pour monter en puissance. »

La 300e de Daniel Narcisse
S’il en est un qui sait se préparer et répondre présent - souvenez-vous de son rôle d’Impact Player lors de la demi-finale olympique à Rio ; Toumoute - pour les intimes - atteindra cet après-midi la barre des 300 sélections et intègre ainsi le top 6 des internationaux français les plus capés… sur les talons de Guillaume Gille (308) mais encore assez loin de son capitaine Thierry Omeyer (346), de Didier Dinart (379), de Jérôme Fernandez (390) et de l’icône Jackson Richardson (417). Élu meilleur joueur du monde, le Réunionnais était déjà de la partie en 2001 lors du second titre mondial remporté en France. Une compétition pendant laquelle il recevait déjà des éloges.  Au lendemain d’une victoire sur l’Algérie (23-13), Frédéric Michel (Le Parisien du 25 janvier 2001) écrivait : « Face à la déferlante de compliments venus de tous les horizons, on était assez impatient de découvrir le jeune arrière gauche réunionnais dans le contexte international. Au moment de brosser son portrait, Costantini osait : « Narcisse, ce sont des appuis extraordinaires, une détente et un bras qui pourraient en faire, à terme, l'un des meilleurs joueurs du monde. » Fort de ses 912 buts au compteur, ses trois titres européens, ses trois titres mondiaux et ses deux sacres olympiques, il n’est pas rassasié et ne se fixe pas de limites. « Je joue les compétitions comme si c’était la dernière. Je prendrai les décisions quand il le faudra. Pour l’instant je me concentre car tout s’enchaîne si vite. » Son ex-coéquipier et désormais entraineur, Guillaume Gille, résume ce qui figurera en lettres majuscules lorsque Toumoute ne sautera plus au dessus des défenses : « c’est un grand monsieur qui a définitivement impacté l’histoire de cette équipe. »

Michaël Guigou : « un plaisir »
Le capitaine de Montpellier fait lui aussi partie des « historiques » avec un palmarès XXL. Et forcément, disputer un match sous le maillot tricolore dans sa ville d’adoption a une saveur toute particulière. « Ce sera un grand plaisir de jouer à l’aréna, dans une telle salle et dans une telle ambiance. » Comme quelques-uns de ses coéquipiers, Michaël Guigou espère monter en pression mais se concentre surtout sur le premier rendez-vous mercredi à Paris. « Les matches de préparation sont à relativiser et ne conditionnent pas ce que nous ferons ensuite. Et d’évoquer un adversaire slovène qu’il connaît bien pour partager le quotidien avec trois d’entre eux. Vendredi nous avons joué contre une belle équipe que nous avons peu affrontée par le passé et qui est favorite pour décrocher une médaille. On s’en est plutôt bien tiré. Quant à moi, Je sors d’une grippe et j’étais un peu fatigué. J’étais bien aux entraînements mais j’ai eu un coup de fatigue vendredi pas au meilleur moment. De fait je suis un peu déçu de mon match mais je reste confiant pour la suite. »