lesexperts

  • Luc ABALO
  • William ACCAMBRAY
  • Benjamin AFGOUR
  • Igor ANIC
  • Xavier BARACHET
  • Arnaud BINGO
  • Nicolas CLAIRE
  • Théo DEROT
  • Adrien DIPANDA
  • Cyril DUMOULIN
  • Ludovic FABREGAS
  • Dylan GARAIN
  • Vincent GÉRARD
  • Mathieu GRÉBILLE
  • Michaël GUIGOU
  • Samuel HONRUBIA
  • Nikola KARABATIC
  • Luka KARABATIC
  • Benoît KOUNKOUD
  • Romain LAGARDE
  • Yannis LENNE
  • Kentin MAHÉ
  • Dika MEM
  • Julien  MEYER
  • Timothey N'GUESSAN
  • Dylan NAHI
  • Daniel NARCISSE
  • Olivier NYOKAS
  • Thierry OMEYER
  • Westley PARDIN
  • Valentin PORTE
  • Nedim REMILI
  • Melvyn RICHARDSON
  • Cédric SORHAINDO
  • Nicolas TOURNAT

Programme



Clapping de fin pour deux légendes

La victoire face à la Norvège samedi à Clermont-Ferrand restera un moment unique dans l'histoire de l'équipe de France. Le duel entre les deux meilleures équipes du monde a tourné à l'avantage des Tricolores qui ont fait un pas important vers l'Euro 2018 puisque une victoire, face à la Lituanie ou à la Belgique, leur suffira pour rallier la Croatie en janvier prochain. Surtout, Thierry Omeyer et Daniel Narcisse ont bouclé leur carrière internationale avec des statistiques ébouriffantes, à la hauteur de leur carrière MONUMENTALE.

De sacrés serviteurs
Lors de l’annonce de leur retraite internationale le 21 mars dernier, Daniel Narcisse et Thierry Omeyer avaient promis de rendre encore service à l'équipe de France. Ils avaient coché sur leur agenda toujours aussi chargé, la semaine internationale avec ses bains de foule à Oslo puis à Clermont-Ferrand. Car deux-là ne font rien comme les autres, c’est face à l’équipe vice-championne du monde, la Norvège, qu’ils se sont offerts leurs derniers frissons en sélection. Secoués comme leurs coéquipiers dans le Spektrum d’Oslo pour une défaite logique, ils ont sorti leur plus belle parure pour livrer un ultime combat dans la Maison des Sports de Clermont, une maison bleue de plus dans l’hexagone. Mercredi soir à Oslo, les Norvégiens qui avaient perdu des points en novembre dernier en Lituanie, avaient besoin de se relancer dans ces qualifications. Moins de 100 jours après la finale du Mondial 2017, Sander Sagosen plantait 13 buts et le gardien Bergerud avait tiré le rideau de fer pour une victoire nette 35 à 30. Si les Norvégiens avaient pris leur revanche, les Français devaient faire preuve d’autorité sur leur sol. « La défaite à Oslo a participé à recréer les conditions pour faire un match complètement abouti et engagé face à des adversaires qui nous avaient damné le pion trois jours plus tôt, confiait Guillaume Gille tout aussi ému de voir ses vieux compagnons d’armes remiser leur maillot étoilé. Nous avions tous à cœur que Daniel et Thierry puissent partir par la grande porte, pour une dernière communion avec le public. Nous avons utilisé ces arguments. »

Titi et Toumout toujours étincelants
Trois jours après sa défaite à Oslo, l’équipe de France s’imposait face aux Scandinaves et s’évitait aussi de trop grands frissons en juin prochain. L’immense carrière de Daniel Narcisse (311 sélections et 943 buts) et du capitaine Thierry Omeyer (358 sélections et 4 buts) se refermait sur cette victoire à Clermont-Ferrand. Avec 8 buts, le Réunionnais s’offrait le titre de meilleur buteur du match et Thierry Omeyer stoppait 20 ballons, un standard conforme à son statut d’icône. Avant que leurs épouses et enfants ne viennent les serrer et les embrasser sur le Gerflor, ils étaient portés en triomphe par leurs coéquipiers. Une image inhabituelle, certainement la volonté de les rapprocher un peu plus des étoiles. Le clapping résonnait comme un clap de fin humide pour beaucoup dans les travées d’une salle amoureuse. « Tant que je serai là, les anciens ne partiront pas entre deux portes. On m'a souvent reproché ma proximité avec les joueurs mais pour être un bon manager il faut d'abord avoir été un bon partenaire, assénait Didier Dinart soulagé aussi par la victoire. J'ai partagé beaucoup de choses avec ces deux garçons qui m'ont gâté et c'est grâce à eux que j'ai étoffé mon palmarès. »

"Pro" jusqu’au bout
Lors de leur passage dans une zone mixte surpeuplée, ces deux montres sacrés ont d’abord pris le temps d’analyser le match, de « faire le métier » dans le jargon de la presse. « J'ai géré cette semaine normalement et je suis resté concentré sur ces deux matches face à la Norvège. Le plus important était de gagner ce match face à une équipe forte dans tous les secteurs. J'ai essayé d'être plus agressif dans le jeu d'attaque, souriait Daniel Narcisse à l’évocation de ses statistiques. Ce n'est pas hyper important de finir meilleur buteur ce soir, à la différence de Titi, je n'ai jamais beaucoup regardé les stats (rires). Mais c'est normal car c'est un gardien ! » Thierry Omeyer mesurait chacun de ses mots, lui l’irascible compétiteur. « Il ne faut pas croire que ces matches de qualification sont faciles, tout le monde veut battre l'équipe de France. Nous avons fait un pas vers la qualification et il faudra prendre deux points supplémentaires en juin. Ce soir j'ai pris beaucoup de plaisir. Forcément c'était particulier mais je suis surtout fier de la performance de toute l'équipe. » Et le capitaine de s’en aller signer des kilos d’autographes à ses fans jamais lassés de s’égosiller avec les fameux « Titi - Titi ». Julien Meyer formé aussi à Sélestat, aura assisté au départ du plus grand gardien de tous les temps. « C’était une belle semaine qui se clôture bien avec une belle victoire et un beau jubilé. C’était vraiment sympa de participer à cette fête de l’intérieur, c’était une régalade toute la semaine. Franchement, je suis comblé. » Nikola Karabatic qui fait partie de la bande des six français élus « meilleur joueur du monde » (Jackson Richardson, Stéphane Stoecklin, Bertrand Gille, Thierry Omeyer et Daniel Narcisse) savourait aussi intensément cette soirée. « Tout autre résultat qu'une victoire aurait été triste pour ces deux immenses joueurs. Nous voulions leur offrir mais ce soir, avec le match qu'ils ont réalisé, ils se sont eux-mêmes offerts cette grande sortie. Ce sont deux des plus grands sportifs français et du Handball Mondial. Si l'équipe de France en est là aujourd'hui, c'est grâce à eux. »

Leurs titres avec l'équipe de France
Daniel Narcisse - 37 ans
311 sélections - 943 buts
4 fois champion du monde (2001, 2009, 2015 et 2017)
3 fois champion d’Europe (2006, 2010 et 2014)
2 fois champion olympique (2008 et 2012)
Élu meilleur joueur du monde 2012

Thierry Omeyer - 40 ans
358 sélections - 4 buts
5 fois champion du monde (2001, 2009, 2011, 2015 et 2017)
3 fois champion d’Europe (2006, 2010 et 2014)
2 fois champion olympique (2008 et 2012)
Élu meilleur joueur du monde 2008

QUALIFICATIONS À L'EURO 2018 - PROGRAMME ET RÉSULTATS
Groupe 7 : France - Norvège - Lituanie et Belgique - tous les groupes

1e tour de qualification :
02 novembre : à Bodo - Norvège - Belgique : 35-26 (20-14)
03 novembre : à Pau -
France - Lituanie : 37-20 (21-7)
06 novembre : à Liège - Belgique - France : 37-38 (19-17) // À Vilnius - Lituanie - Norvège : 32-29 (15-16)

2e tour :
03 mai :
à Oslo - Norvège - France : 35-30 (12-11) // à Louvain : Belgique - Lituanie : 29-33 (18-15)
06 mai : à Clermont-Ferrand - France - Norvège : 28-24 (13-10)
07 mai : à Vilnius - Lituanie - Belgique : 33-28 (18-11)

3e tour :
Mercredi 14 juin : à Klaipeda à 19h00 : Lituanie - France et à Louvain à 20h30 : Belgique - Norvège
Samedi 17 juin : à Montbéliard à 19h45 : France - Belgique et à Oslo à 19h30 : Norvège - Lituanie

CLASSEMENT :
1/ France 6 pts (4m, +17) 2/ Lituanie 6 pts (4m, -5) 3/ Norvège 4 pts (4m, +7) 4/ Belgique 0 pt (3m, -19) // 2 qualifiés par groupe pour l'Euro 2018